Pourquoi le transfert du prêt immobilier est-il si difficile ?

On le sait, il est de plus en plus difficile de garder son prêt immobilier lorsqu’on opère un achat-revente. Même les rares banques qui la proposent encore se font désirer pour céder cette conservation du prêt immobilier. BNP Paribas, avec certaines banques en ligne ainsi que des enseignes régionales figurent parmi les seuls à tolérer la conservation.

La clause en question

La clause de transfert, lors d’un contrat de crédit immobilier, permet aux débiteurs de verser leur crédit en cours vers un nouvel achat et dans le même temps de conserver les modalités intéressantes du crédit de base. Cette option qui est généralement citée dans le contrat de crédit est rarement proposée par les banques. Car à leur détriment, elle profite aux emprunteurs qui peuvent ainsi esquiver la solde de leur prêt.

Un cauchemar pour les banques

La clause de transfert a une image bien sombre pour les banques. Lors de l’opération d’achat-revente, leur profit se voit largement diminuer à côté des taux qui ne cessent de remonter et d’impacter le monde financier. Cette option a donc été radicalement retirée des contrats de prêt de banques qui sont de plus en plus à en proposer.

Une clause légitime, mais dispensable

Bien que rien ne met en cause la légitimité de l’emprunteur quant à la clause de transfert, les banques ne sont en réalité aucunement obligées de l’accorder. Et ce, même lorsque l’option est inscrite dans le contrat. La rédaction de cette clause nous informe effectivement que la clause dépend de l’acceptation ou non de la banque, et, qu’en cas de refus, rien n’oblige l’établissement bancaire à se justifier.

Le profil idéal des utilisateurs de la clause de transfert

Cependant, la conservation du prêt immobilier n’est vraiment pratique que pour les clients ayant un pouvoir d’achat élevé, selon les experts bancaires. Ces derniers sont considérés par les banques comme de « bons clients ». Ils disposent d’une grande disponibilité financière. Et même lorsqu’ils donnent leur accord, les établissements bancaires peuvent encore imposer leurs conditions.

La clause de transfert de prêt est donc vouée à la disparition : la BNP Paribas, l’Axa Banque, la Caisse d’Épargne, ING Direct font partie des rares établissements qui la proposent encore dans leurs contrats. Mais étant donné les conditions souvent requises à son utilisation, on pourrait dire que son absence est finalement un mal pour un bien.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *