Pourquoi le transfert du prêt immobilier est-il si difficile ?

On le sait, il est de plus en plus difficile de garder son prêt immobilier lorsqu’on opère un achat-revente. Même les rares banques qui la proposent encore se font désirer pour céder cette conservation du prêt immobilier. BNP Paribas, avec certaines banques en ligne ainsi que des enseignes régionales figurent parmi les seuls à tolérer la conservation.

La clause en question

La clause de transfert, lors d’un contrat de crédit immobilier, permet aux débiteurs de verser leur crédit en cours vers un nouvel achat et dans le même temps de conserver les modalités intéressantes du crédit de base. Cette option qui est généralement citée dans le contrat de crédit est rarement proposée par les banques. Car à leur détriment, elle profite aux emprunteurs qui peuvent ainsi esquiver la solde de leur prêt.

Un cauchemar pour les banques

La clause de transfert a une image bien sombre pour les banques. Lors de l’opération d’achat-revente, leur profit se voit largement diminuer à côté des taux qui ne cessent de remonter et d’impacter le monde financier. Cette option a donc été radicalement retirée des contrats de prêt de banques qui sont de plus en plus à en proposer.

Une clause légitime, mais dispensable

Bien que rien ne met en cause la légitimité de l’emprunteur quant à la clause de transfert, les banques ne sont en réalité aucunement obligées de l’accorder. Et ce, même lorsque l’option est inscrite dans le contrat. La rédaction de cette clause nous informe effectivement que la clause dépend de l’acceptation ou non de la banque, et, qu’en cas de refus, rien n’oblige l’établissement bancaire à se justifier.

Le profil idéal des utilisateurs de la clause de transfert

Cependant, la conservation du prêt immobilier n’est vraiment pratique que pour les clients ayant un pouvoir d’achat élevé, selon les experts bancaires. Ces derniers sont considérés par les banques comme de « bons clients ». Ils disposent d’une grande disponibilité financière. Et même lorsqu’ils donnent leur accord, les établissements bancaires peuvent encore imposer leurs conditions.

La clause de transfert de prêt est donc vouée à la disparition : la BNP Paribas, l’Axa Banque, la Caisse d’Épargne, ING Direct font partie des rares établissements qui la proposent encore dans leurs contrats. Mais étant donné les conditions souvent requises à son utilisation, on pourrait dire que son absence est finalement un mal pour un bien.

Trouver le meilleur taux d’assurance pour un prêt immobilier en seulement quelques clics

Lorsqu’une personne souhaite acheter un bien immobilier, il lui est nécessaire (dans une très grande majorité de cas) de faire appel à une banque pour obtenir un prêt. Le montant que peut lui prêter la banque dépend de la situation professionnelle (type de contrat, le salaire, l’apport qu’elle peut apporter…) et personnelle (situation familiale, âge…). Pour se protéger, les banques demandent aux personnes qui souhaitent un prêt de souscrire à une assurance. Cela leur permet de se protéger en cas de décès ou d’invalidité de l’emprunteur. Souscrire à cette assurance est obligatoire et demande donc de la part de l’emprunteur des frais supplémentaires. Mais les taux d’assurance varient d’un assureur à l’autre. C’est pourquoi il est conseillé de comparer les offres, afin de déterminer celle qui vous semble être la plus avantageuse. Un taux assurance pret immobilier bas peut vous faire économiser de l’argent, il est donc indispensable de ne pas prendre la première offre que vous trouvez. Et pour vous aider dans ce travail de recherche, un comparateur en ligne est idéal. Sur ce site, ce sont pas moins de 40 assureurs qui sont comparés les uns aux autres. De quoi trouver en seulement quelques minutes la meilleure proposition. Sachez que le taux de l’assurance va dépendre de certains facteurs. Par exemple, votre âge entre en ligne de compte. Plus vous êtes jeune, moins le taux sera élevé. C’est une question de statistique. Plus l’emprunteur est jeune, moins il a de risques de ne pas pouvoir rembourser son prêt du fait d’une invalidité liée par exemple à une maladie.

Vous pouvez négocier le taux d’assurance

Les plus à l’aise d’entre vous peuvent même tenter de négocier leur taux d’intérêt directement avec l’assureur. Pour cela, il est vivement conseillé de se tourner vers une assurance de prêt immobilier individuelle. Face à un groupe mutualisé, votre marche de manœuvre est bien trop limitée, et les négociations ont peu de chance d’aboutir dans votre sens. Mais si vous avez l’âme d’un commercial et que votre dossier est solide, face à un assureur individuel, vous pouvez tenter d’obtenir le taux idéal. En ne choisissant pas la première offre trouvée, mais en faisant au contraire ce travail de recherche, vous pouvez économiser beaucoup d’argent. Et on sait que l’achat immobilier demande déjà beaucoup de fonds, alors pourquoi ne pas trouver des astuces qui permettent de dépenser moins ?

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*